• Lexique de la Couverture

AGRAFURE : Assemblage transversal de deux feuilles de métal, composée de deux pinces, l’une dite « femelle » repliée par-dessus, et l’autre dite « mâle » repliée par-dessous.

ARETIER : Angle saillant, formé par la rencontre de versants en angle sortant.

BANDE D’EGOUT : Elément métallique trapézoïdal (dite en queue de billard) posée à la ligne d’égout sur les gouttières, assurant la continuité des eaux de pluie du versant.

BANDE DE RIVE : Elément façonné en métal, assurant la finition et l’étanchéité extérieure des chevrons de rives.

BANDE DE SOLIN : Elément façonné en métal, soit à pince ou à ourlet, servant à raccorder les différentes parties de couverture en pénétration : souches, murs, etc. Etanchéité par solins.

 BARDAGE : Revêtement vertical généralement sur murs pignons, en métal, ardoise, tuile plate, ou autres matériaux.

 BAVETTE : Armature en métal plus ou moins ouvragée, recouvrant le dessus des bandeaux de fenêtres. Se dit aussi pour un devant de « costière », devant de « souche », devant de « outeau ».

CAPILLARITE : Phénomène naturel par lequel un liquide (eau) remonte entre deux parois plus ou moins rapprochées. Le phénomène est accentué selon la pente et selon les vents.

CHATIERE : En métal, terre cuite, PVC, servant pour l’aération des combles.

CHENEAUX : Conduits d’évacuations prévus lorsque les gouttières sont insuffisantes par leur débit. Chéneaux de diverses formes, et divers matériaux.

CHEVETRE : Assemblage de chevrons au pourtour d’une souche de cheminée ou d’un châssis.

COLLIER : Accessoire articulé servant à la fixation des tuyaux de descente (colliers à scellement, à pointe, à vis).

COULISSEAU : Façonné métallique permettant le jonctionnement de divers éléments, et assurant l’étanchéité entre eux.

COULOIR : Feuille de métal de largeur inférieure à celles des travées sur couvertures métalliques. Exemple au passage d’une souche de cheminée, en raccordement sur mur, etc.

COUVRE-JOINT : Façonné métallique permettant d’assurer l’étanchéité des feuilles de travées au droit des reliefs sur tasseaux.

CRAPAUDINE : Différentes formes, en galvanisé, inox, cuivre. Se posent sur les moignons, évitant ainsi aux feuilles mortes d’engorger les tuyaux de descente.

CROCHET DE SERVICE : En acier, posé sur couvertures généralement à fortes pentes, prévu pour des réparations ultérieures, permettant l’accrochage d’échelles plates.

DAUPHIN : Généralement en fonte, placé au ped des descentes, coudé au pied et collet en haut. Fixé par collier contrepartie ou collier feuillard, utilisé surtout pour éviter l’écrasement éventuel de la descente (long. 1m ou 0,50)

DESCENTE : D’eaux pluviales, éléments cylindriques ou carrés, en métal, PVC, fibre ciment, permettant de recueillir les eaux du moignon et de les évacuer vers les caniveaux, ou les égouts.

EGOUT : Ligne d’égout située à la partie la plus basse de la couverture, sur la longueur des conduits d’évacuation, celle-ci peut être droite, biaise, courbe.

COUPLE ELECTROLYTIQUE : Phénomène provoqué par l’humidité et la pluie, provoquant la corrosion de métaux qui sont incompatibles entre eux.

FAITAGE : Ligne la plus haute sur un comble, formée par la rencontre de deux versants.
FONCURE : Forme données en plâtre ou en bois pour la réalisation d’un chéneau, se dit aussi pour la préparation du voligeage du fond d’une noue.

GARGOUILLE : Dérivée des gargouilles sur églises, cathédrales, conduit évacuant les eaux de pluies vers l’extérieur, Se trouve parfois sur gouttières ou chéneaux. Forme de gargouille sur les tuiles « canal » selon techniques de pose.

GOUSSET : Pièce rectangulaire ou triangulaire, soudée sur les feuilles comportant des coupes d’angles sur pénétrations (angles avant et arrière de souche, costière, etc.)

COUTTIERE : En métal, demi-circulaire, carrée, divers développés, dite « pendante » étant posée sur crochets en saillie des chevrons d’égout. Gouttière posée sur versant, du type nantaise, Laval, havraise, ardennaise. Gouttière anglaise sur entablement. 
JOUEE : Côtés latéraux sur lucarne, ayant un revêtement métallique ou autre. Se dit également « clairie ».

MAIN COURANTE : Garniture métallique moulurée, placée sur le dessus du devant du socle d’un chéneau. Elle peut être incorporée avec le devant de socle, ou indépendante.

MEMBRON : Pièce de bois clouée en ligne de « bris », plus ou moins moulurée. Recouverte par un membron métallique mouluré, le « jonctionnement » se fait à « recouvrement » ou à « bague ».

NOQUET : Pièce de métal, servant à assurer l’étanchéité au droit des rives, ou pénétraions, également sur noues fermées. Dimensions et formes variables, on distingue les noquets apparents et les noquets cachés.

NOUE : Ligne formée par la rencontre de deux versants en angle rentrant.

PIED DE NOUE : Départ d’une noue, selon les matériaux employés, relevé des dimensions du pied de noue, de façon à tracer, couper, façonner.

REMANIAGE : Se dit lors de la dépose des matériaux de couverture, pour nettoyage et repose, pour remplacer le « lattis » partiellement ou total, lorsqu’il se produit des « fuites de toiture » on fait ce qu’on appelle une « recherche » avec remaniage partiel éventuellement.

RIVE : Extrémité latérale d’un versant, se dit rive de tête située en ligne de faîtage sur un « appentis ».

RIVE BIAISE : Rive « rentrante » lorsque celle-ci, vue de face, rentre à l’intérieur au faîtage. Rive « sortante » lorsque celle-ci, vue de face, sort à l’extérieur au faîtage.

SOLIN : Ouvrage en ciment ou plâtre, assurant l’étanchéité entre les matériaux de couverture et une « pénétration » ou un mur, soit directement, soit par apport d’une « bande de solin ».

TRANCHIS : Coupe biaise transversale à la base des matériaux de couverture, par exemple sur « ligne dégout ». Coupe biaise sur raccordement noue métallique à « tranchis », coupe biaise sur noue « fermée », coupe biaise sur « arêtier ». On peut traiter des tranchis biais, circulaires, droits (ex. : entourage « d’alaise » de ventilation ou de chatière).

TUYAU DE DESCENTE : Conduit d’évacuation des eaux pluviales provenant des gouttières ou chéneaux, évacuant celles-ci vers les puisards, ou égouts. Se fait cylindrique, rectangulaire, en tous métaux, en PVC, en fibre ciment.

VENTILATION : Conduit venant de l’intérieur de l’habitation (primaire, secondaire) sortant sur la couverture, passage soit par « alaise » et surmonté d’un chapeau (dit de ventilation) ou par produit terre cuite sur tuiles. Afin d’assurer une bonne conservation des bois de charpente, ainsi que du « lattis » de couverture, il est nécessaire de poser des « chatières », éventuellement des « passe cordes », ou « passe barres » faisant office de chatières, permettant ainsi une ventilation des combles.